Est-ce qu’on en fait trop?

Hier j’ai passé la journée entière connectée, à visiter des blogs beauté et des youtubeuses françaises et anglaises. Je suis en pleine réflexion sur ce que deviennent les standards beauté français. Je ne me suis jamais sentie proche de ce qu’il se faisait aux States. Même les vendeuses Sephora sont énormément maquillées, head to toe, avec des faux ongles hyper longs. A peu près pareil avec les Australiennes et les Kiwis, sachant que pour elles c’est rien (même pas une crème teintée) ou too much (les faux-cils, le contouring, les lèvres over dessinées tous les jours). Bref, loin de ce qui se faisait en France. Mais hier j’ai été forcée de constater qu’on s’approchait (et par on, je parle des françaises, je n’ai aucun recul pour parler des autres pays européens) des tendances beauté qui s’affichent comme les nouveaux standards aux States et en Océanie.

P1110694

A quel point est-ce que Photoshop a endommagé nos perceptions? Quand j’ai commencé à m’intéresser à la beauté en 2010, je me souviens des vidéos sur Youtube. Elles ne duraient pas plus de 10 minutes et les maquillages ne paraissaient pas peser deux tonnes. Un teint transparent, un fard à paupières, un rouge à lèvres pétant et le tour était joué. Ou un charbonneux avec un rouge à lèvres, et hop prêtes à sortir. On voulait unifier, camoufler par-ci par-là, mais pas littéralement couvrir chaque centimètre de peau.

Maintenant on trouve un nombre dingue de filles qui ont une très jolie peau et au lieu d’unifier simplement afin d’avoir une couleur égale sur l’ensemble du visage, on se retrouve à regarder une routine fond de teint (et souvent pas une couche légère) concealer jusque sur le milieu des joues, contouring à peine fondu et très foncé, poudre sur l’ensemble du visage, et je ne parle pas de la large frange de faux-cils, des lèvres sur-dessinées (disclaimer: moi aussi, j’overdraw mes lèvres de temps à autre, mets des demi franges de faux-cils lors de soirées spéciales ou pratique le contouring à mes heures perdues pour des événements mais pas tous les matins) et le maquillage nude qui n’apparait pas le moins du monde discret. Ajoutez à cela du blush, de l’enlumineur et voilà! Cinq kilos de maquillage plus tard, on ne distingue plus une once de peau qui puisse respirer, et surtout le visage apparaît sans relief naturel.

On recherche le teint le plus proche du parfait possible, mais soyons honnête, il n’existe que sur Photoshop ou avec l’aide de trois kilos de maquillage. Sympa quand vous avez un shooting photo, mais pas sympa au quotidien. Je me demande à quel point cette génération de blogueuses populaires, suivies par des petites adolescentes, ne va pas tout simplement détruire cette génération de jeunes femmes en devenir.

preselection-makeup-printemps-ete-2013

Nous avions la réputation, auprès de nos amies anglophones, d’être « effortlessly fresh and pretty ». Bien-sûr, se maquiller « sans effort » n’existe pas. Mais la perfection non plus, alors pourquoi prétendre? Notre routine était réputée pour être simple et nous apporter « ce petit je ne sais quoi » qui nous rendait belles à leurs yeux, en leur donnant l’impression qu’on ne faisait presque rien (alors que, soyons honnêtes, ce n’est pas complètement « rien ») et hier j’ai eu l’impression que tout ça s’écroulait. Les blogueuses beauté suivent de plus en plus les habitudes des américaines et ça m’a fait froid dans le dos. Tout se veut de plus en plus sophistiqué et le « no makeup makeup » si populaire il y a de ça quelques années, n’existe plus. Personnellement je m’assume beaucoup mieux sans makeup qu’avec énormément de couches. Non pas que je n’ai pas commis d’erreurs ou ai toujours su doser le maquillage que je mettais à la perfection, mais plus je vieillis et mieux je me connais. Et les cinq tonnes de makeup, très peu pour moi.

Les jours à la maison où je n’ai absolument pas de makeup et m’en porte très bien

Je suis 100% pour l’expérimentation, sans aucune limite, oser et assumer, mais le teint à la Kardashian, à moins que ce soit pour un shooting, c’est un no go pour moi. Le maquillage c’est un plaisir et on ne devrait pas se préoccuper des règles, mais il serait dommage de perdre notre identité. J’espère que l’on reviendra bientôt à quelque chose de plus réel. Les anglaises ont l’air de s’en sortir beaucoup mieux que nous niveau naturel. En attendant, je continue à suivre ces blogueuses qui promeuvent le vrai naturel, comme La Vie en Blonde ou Lisa Eldridge (la seule que je trouve vraiment relatable dans ses tutos) et toutes les autres que vous pouvez visiter à partir de ma blogroll. Long live the natural routine! Et vous, vous avez un avis sur la question?

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s